web
	counter
Shek-O Opera - Célébration de l’éphémère en cinq actes - SAUVÉS PAR LE KONG
READING

Shek-O Opera – Célébration de l’éphémère en ...

Shek-O Opera – Célébration de l’éphémère en cinq actes

Shek-O Opera 🌊
– Célébration de l’éphémère en cinq actes
Sauvés par la Poésie

/

NOV 2020

« Opéra. Pièce représentant la vie d’un autre monde, dont les habitants n’ont pas de discours mais des chansons, pas de mouvements mais des gestes, pas de postures, mais des attitudes. »
Ambrose Bierce, Dictionnaire du Diable (1911)
—-
Shek-O Opera : Celebrating the Ephemeral
2018 by Daphne Mandel
Private Collection, Hong Kong

Image courtesy of the Artist 👩‍🎨 & Pékin Fine Arts Gallery

Play : Symphonie nº 7 en la majeur, op. 92:II Allegretto (Beethoven)
 ———————————————————————————————————————
« Lever de rideau, trois coups d’un seul, claqu’ments de portières
Orchestre de chambre, lumières veloutines, bodyboards baroques à louer…
C’est un théâtre de bambous, une cathédrale de l’aparté
Où les bruits sourds des typhons noirs sont des milans en vols plongés,
Tout luit de lustre sur les peaux – ô – hâlées.
———————————————————————————————————————
Du grand escalier qui mène à la jetée, nul frou-frou de soie froissée,
Maman aboie tous les retards – à peine le temps de s’accorder,
Les milans noirs gâtent la torpeur des vents colaturés.
L’un pleure, l’un crie, l’un courre, tous posent, et ce qui ne manque pas de ganté,
C’est leur plaisir qui indispose. S’il vous plaît, prenez place, ça va commencer.
———————————————————————————————————————
Tout bruit dans des élans de satiété, palétuvier souffleur reste coi.
Prima donnas de volupté s’adonnent sur des serviettes Mickey
A des fous rires de libertines dans des singspiels tragi-ratés.
Sur les lèvres meurent les cavatines, les cornettos dépareillés
Palétuvier soufflé reste con, puisque tout est déjà sifflé.
———————————————————————————————————————
Quant aux Farinelli membrés qui toisent tout un chacun de leur extrémité,
Les voila aux balcons nantis qui dégoisent leurs gros dividendes,
Rois de l’azur un poil cambrés boivrent leurs pélicans maltées
Sans prendre garde aux sarabandes d’horizons obombrés
Et dans des gestes fioritures bafouillent des arias arriérés.
———————————————————————————————————————
D’inputs en incentives nacrées, charognes huilées s’agacent asap
Leurs enfants peignent leur destinée puisqu’ils savent tous déjà compter.
L’opéra choc méritent des claques et des cabales musclées…
Prima donnas s’irritent en vrac de tous ces milans chevauchés
Qui battront seuls les rappels quand le rideau sera baissé. »

RELATED POST

INSTAGRAM
KNOW US BETTER